Retraite – moins d’inégalités et d’écarts de revenus

La répartition est la base du fonctionnement de la retraite en france , les actifs cotisant auprès d'organismes de retraite qui, au cours du même exercice, versent des pensions aux retraités. En contrepartie de leurs cotisations, les actifs acquièrent des droits qui leur permettront ultérieurement de percevoir une retraite.

Un étude récente de l'INSEE précise le rôle redistributif fondamental de ce système qui permet de réduire les inégalités de revenus entre les retraités. Ce fonctionnement ne se limite pas à un simple système "d'épargne".

L'analyse révèle que le rapport entre les salaires perçus sur l'ensemble de leur carrière par les 10 % les mieux payés et les 10 % les moins bien payés atteints 5,8 ; il n'est plus que de 4,1 entre les 10 % des retraites de droit direct les plus élevées et les 10 % les plus faibles. Cet effet redistributif bénéficie surtout aux personnes à très faibles revenus et très faible durée de carrière.

Les dispositifs favorisant cette redistribution

La redistribution est favorisée par différents dispositifs jouant :

  • sur la durée de validité, soit explicitement, comme la validation de durée d'assurance au titre des périodes assimilées (chômage, préretraite, service militaire,…) ou de l'assurance vieillesse des parents au foyer ou encore des majorations de durées d'assurance pour enfants, ou encore implicitement, comme la règle des "200 heures SMIC" pour le calcul de la durée validée dans l'année au régime général et dans le régime indépendant
  • sur le montant de la pension ou sur le revenu, soit, là aussi, de façon explicite, comme le minimum contributif, la bonification du montant de la pension pour les parents de 3 enfants et plus, l'attribution gratuite de points dans les régimes complémentaires au titre de certaines périodes ou encore la prise en compte d'un salaire fictif pour les périodes d'Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF), ou implicitement, avec la règle des 25 meilleures années pour le calcul du salaire de référence au régime général et des 6 derniers mois pour la fonction publique, celle de calcul séparé des montants de pension par les divers régimes d'affiliation pour les polyaffiliés ou encore la différence de traitement entre les parties du revenu en dessous et au-dessus du plafond de la sécurité sociale.

Effets des dispositifs

Parmi les dispositifs énoncés ci-dessus, certains ont un impact ambigu. Tel est le cas de la règle des "25 meilleures années" qui a un effet nettement redistributif parmi les personnes à carrière complète, mais dont l'effet est très limité pour celles à carrière incomplète, qui sont nombreuses parmi les bas revenus.

A l'inverse, certains dispositifs contribuent à diminuer les disparités, comme les minima de pension ou la prise en compte de périodes assimilées qui conduisent à diminuer les écarts dans le montant des retraites versées. Le rôle et l'impact des divers dispositifs évoluent avec le temps en fonction des différentes réformes et de l'évolution des profils de carrière. Ainsi, par exemple, l'impact des périodes assimilées et de l'AVPF diminue au fil des générations en raison de l'accroissement de l'activité féminine.

Source :

> Disparités de montant de pension et redistribution, INSEE, juin 2012

A lire aussi :

Les commentaires sont clos.